Causse et Brunet - Entreprise Travaux Publics et Privés Occitanie

Enrobé

Zones de circulation, devanture d’habitat ou encore parking sont autant d’emplacements qui nécessitent beaucoup d’attention. Les rendre accueillants du mieux possible est une nécessité pour tous et particulièrement pour les agences de BTP. Celles-ci font alors usage de tous types de matériaux spéciaux pour rendre leur travail parfait. Autre aspect, ces matériaux permettent aussi de faire perdurer leurs constructions, et ce, pour le plus grand bien de tous.

Entre autres matériaux utilisés figurent ceux dont la composition est de type bitume. Ces matériaux sont réputés pour leur résistance, leur facilité d’application et pour l’esthétique qu’ils apportent aux endroits où ils sont appliqués. Tant de caractéristiques suffiraient bien à vous convaincre d’employer ce type de matériau pour vos constructions. Toutefois, en apprendre davantage sur ceux-ci serait d’autant plus convenant pour vous. Gros plan sur l’un des matériaux de type bitume les plus adulés en construction.

L’enrobé à chaud

L’enrobé est un matériau qui peut être fabriqué à différentes températures. Si vous comptez employer l’enrobé comme matériau de construction, pensez tout d’abord à l’enrobé à chaud. Il s’agit toujours de l’enrobé à la différence près que cet enrobé-ci est conçu à une température avoisinant 100 degrés Celsius. Ensuite, il se trouve qu’elle doit être appliquée à température proche des 150 degrés Celsius.

Ce type d’enrobé existe sous plusieurs versions. Parmi les versions de l’enrobé à chaud les plus répandues, figurent le béton bitumeux et le grave bitume. La première version compte en son sein près de 4 autres dérivés (béton bitumeux très mince, béton bitumeux ultra-mince, béton bitumeux semi-grenu et béton bitumeux mince). Chacun de ces dérivés convient à une couche précise de la chaussée. La deuxième version quant à elle est plus employée pour la construction des couches de base de revêtement.

Ce type d’enrobée est reconnu comme étant un grand classique des méthodes de revêtements. Il convient au revêtement des parkings, des allées de jardins, des routes ou encore pour une cour de maison. L’intérêt de ce type de revêtement est qu’il embellit tout en valorisant l’espace sur lequel il est appliqué. C’est l’option qu’il vous faut si vous comptez obtenir une surface pérenne, esthétique et nécessitant très peu d’entretien quotidien.

Il est d’ailleurs très rapide et très facile à installer et à appliquer. Selon la superficie de la surface, vous pourriez n’avoir besoin que d’une demi-journée. En effet, pour 200 m² vous devriez avoir fini l’installation en près de 12 heures. Cette application peut se faire manuellement. Vous n’aurez ainsi besoin que d’un râteau de bois lisse pour l’étalage. L’opération de compactage servant à solidifier la construction se fait à l’aide d’un cylindre et d’une plaque vibrante.

L’enrobé à chaud restera aussi solide qu’à son installation même après 20 ans d’utilisation acharnée. Son esthétique est autant convenable aux habitats du style contemporain qu’aux habitats aux allures un peu plus vieilles. À propos de l’esthétique, ses qualités de coloration et de drainage sont aussi des atouts non négligeables. Choisir revêtir votre cour ou une route avec l’enrobé à chaud serait certainement un choix très judicieux.

L’enrobé à froid

Autre choix qui s’offre à vous : l’enrobé à froid. À l’opposé de l’enrobé à chaud, ce type d’enrobé est fabriqué à température froide. Il est ensuite appliqué à froid. Cette opération se fait grâce à une méthode d’adjonction. Des émulsions routières de bitume sont employées, car elles garantissent une obtention d’un matériau malléable.

L’enrobé à froid est aussi un matériau dont la granulométrie varie entre 0/4 et 0/6. On dit qu’il est de faible granulométrie. D’autre part, l’enrobé à froid contient aussi une forte dose de fines et de liant. Ces matériaux sont usuellement employés pour permettre aux véhicules de circuler pendant que des travaux sont effectués sur les voies. Le liant et les fines sont également employés pour obstruer les trous, petites tranchées ou encore les nids-de-poule qui peuvent être rencontrés sur les vielles chaussées usées.

Encore plus intéressant, l’enrobé est employé en temps de dégel et plus souvent lors du printemps. En effet, il est d’une efficacité reconnue pour la réparation de dégâts et de séquelles qu’aurait subies la chaussée pendant l’hiver (le gel). Afin de lutter contre toute remontée de fissures, l’enrobé est aussi constitué de graves émulsions. Il faut savoir que de faibles quantités d’émulsion de bitume entrent dans la composition du mélange de grave.

Pour la réalisation de vos couches de roulement, vous pourriez aussi faire usage d’enrobés bitumeux à froid. Ce type d’enrobé est justement conçu pour ces travaux précis. Ils ne sont pas stockables, car ils sont hydrocarbonés à froid. Dans d’autres cas, les granulats de ce type de carbone peuvent aussi avoir été couverts par du liant.

Contrairement à l’enrobé à chaud, l’enrobé à froid confère plus de malléabilité. Cela facilite grandement la pose et le damage de ce matériau. La pose de ce type d’enrobé n’engage d’ailleurs pas nécessairement l’utilisation d’outils spécifiques. Mieux, son processus de durcissement est assez rapide, de quoi vous faire gagner beaucoup de temps.

Aspect qui devrait hautement vous intéresser : son coût. Il vous faudra débourser entre 25 et 35 € pour un m² de ce matériau. La mesure peut aussi se faire en fonction du kilogramme. Dans ce cas, il faudra prévoir environ 30 € pour un seau contenant 25 kg d’enrobé à froid. Cette option vous permettra donc de faire des économies. L’enrobé à froid vous convient donc si vous cherchez à marier économie, qualité et esthétique.

La fabrication de l’enrobé

L’enrobé est un matériau assez complexe. En effet, ce béton bitumineux est constitué de sable, de graviers et de liant hydrocarboné. Sa fabrication nécessite donc des outils et des compétences d’experts. De ce fait, l’enrobé est conçu au sein des centrales d’enrobage aussi connues sous l’appellation de postes d’enrobage. Ces centrales sont souvent fixes. Elles sont généralement localisées près des carrières. Ces mêmes centrales d’enrobage peuvent aussi être mobiles. Vous ne rencontrerez ce type de centrale qu’en cas de grands travaux (construction d’autoroutes…).

La fabrication de l’enrobé se fait en près 9 étapes principales. La première consiste en l’alimentation des appareils de dosage avec les granulats. Adjonction et convoyage suivent ensuite l’étape d’alimentation. Il faudra par la suite passer au séchage qui nécessitera un grand nombre d’outils et d’une bonne portion de temps. Une fois cette étape passée, les centrales d’enrobage procèdent au malaxage et à deux différents types d’adjonctions. Cela est nécessaire pour rendre le mélange aussi sein et aussi résistant que possible.

Il ne restera plus qu’à stocker le produit obtenu et le laisser reposer le temps qu’il soit utilisé pour un revêtement. Dans le cas des centrales mobiles, la fabrication d’enrobé ne nécessite pas forcément l’emploi de techniques de stockage. L’enrobé est généralement employé juste après fabrication, surtout s’il s’agit de l’enrobé à chaud.

La fabrication d’enrobé est soumise à un contrôle de qualité très stricte. Vous pouvez donc être rassuré sur l’aspect qualitatif du travail effectué lors de la fabrication. Par ailleurs, certains essais sont effectués pour s’assurer de la qualité du matériau. En premier lieu, la résistance de l’enrobé est testée. Ces opérations se font en laboratoire. Par la suite, les techniciens observent le comportement du matériau. Entre autres données sur lesquelles l’attention est portée lors de l’observation, figure le coefficient d’orniérage.

Pour une vérification de la viscosité de l’enrobé, des échantillons du bitume sont prélevés. Ces prélèvements sont effectués après que l’enrobé ait été stocké. D’autres analyses telles que celle granulométrique sont effectuées. Analyse de rugosité, teneur en bitume, compacité, tant de tests que subit l’enrobé une fois qu’il est confectionné. Tout cela n’a qu’un seul objectif : permettre aux clients d’être rassurés de la qualité de l’enrobé qui est fournie.

Prix du travail de revêtement et de pose

Le prix ou le coût du travail de pose de l’enrobé dépendra de plusieurs facteurs. D’autre part, la qualité de la prestation dépendra quant à elle de l’entreprise engagée. Il faudra donc commencer par déterminer l’entreprise la plus apte à réaliser cette prestation pour vous. Faire des enquêtes en faisant des comparaisons de rapport qualité/prix serait une belle manière de procéder. Faites aussi attention au délai de prestation proposé.

Une fois votre entreprise trouvée, celle-ci devra être en mesure de vous fournir un devis détaillé et rigoureux. Pour cela, vous devrez d’abord fournir à l’entreprise la superficie sur laquelle la pose devra être réalisée. Selon que vous ayez opté pour l’enrobé à chaud ou à froid, il faudra vous attendre à une augmentation ou à une diminution du nombre d’outils à utiliser. Cela entrainera sans doute une montée ou une baisse du coût total de la pose.

Autre critère de détermination du prix, le type de prestation. S’il s’agit par exemple d’une simple réparation d’une allée, le tarif de prestation diminuera certainement. Les alentours de l’endroit à revêtir peuvent aussi poser problème aux techniciens. En effet, si par exemple dans les alentours un point de vente est très fréquenté et que l’allée à revêtir constitue un passage vers ce point de vente, attendez-vous à dépenser plus. Les techniciens devront alors user de plus de fines et de liant qu’habituellement nécessaire.

Il faut aussi savoir que la pose de l’enrobé à chaud est plus coûteuse que celle de l’enrobé à froid. Pendant que vous devrez prévoir une somme de 30 € pour 25 kg d’enrobé à froid, il faudra prévoir beaucoup plus pour une pose d’enrobée chaud. Il faut donc bien réfléchir avant de choisir le type d’enrobé que vous désirez.

Les types d’enrobés chaud ou froid à employer selon la couche à revêtir

Pour chaque type de couche à revêtir, un type de précis d’enrobé est préconisé. Au niveau des enrobés à froid, vous retrouverez par exemple les enrobés bitumeux à froid. Ceux-là sont uniquement réalisés pour servir à la construction des couches de roulement.

Le plus grand nombre de dérivés d’enrobés conçus pour différentes couches se trouve au niveau des enrobés à chaud. Au niveau des enrobés à chaud, c’est le BBSG (Béton bitumineux semi-grenu) qui est employé pour les couches de roulement. S’agissant des couches de liaisons, ce sont des dérivés comme le BBTM (Béton bitumineux très mince) ou le BBUM (Béton bitumineux ultra-mince) qui sont employés. Ces dérivés d’enrobés sont toujours retrouvés sur les couches de liaison, surtout en France.

Pour une couche de fondation, vous devrez vous tourner vers le grave bitume. Ces couches équivalent généralement 8 ou à 14 cm d’épaisseur. Elles ne nécessitent donc que peu de teneur en liant, d’où l’usage préconisé du grave bitume. Une autre version de grave existe au niveau des enrobés à froid. Il s’agit du « grave émulsion ». Il est fait d’émulsions de bitume et aussi du grave lui-même.

D’autre part, vous pourriez aussi faire usage d’enrobé avec adjonction. Ce sont des formules d’enrobés propres aux enrobés à chaud. Trois principales versions d’enrobés avec adjonction sont connues : l’enrobé à adjonction de miroir pilé, l’enrobé à adjonction de polyéthylène et l’enrobé à adjonction de matériaux locaux. Selon le choix que vous ferez, vous aurez lu ou moins des matériaux comme les gravillons ou les granulats dans la constitution de votre enrobé. Avant d’effectuer un choix, veillez à prendre l’avis d’un professionnel du métier. Votre entreprise d’enrobage devrait d’ailleurs vous fournir toutes les informations concernant le type d’enrobé à utiliser.

L’aménagement d’une surface : ce qu’il faut savoir sur le travail qui sera effectué

L’aménagement peut concerner plusieurs zones. Ce terme est cependant généralement employé pour une maison, un chemin, une allée ou même une entrée d’habitat. Si une couche de bitume ou de tout autre matériau de revêtement était déjà présente, un travail de démolition sera sans doute nécessaire. L’entreprise que vous engagerez prendra tous ces facteurs pour élaborer le devis de l’aménagement.

Avant un terrassement par exemple, ils devront effectuer une démolition de l’ancienne couche présente. Cela permettra d’éviter d’avoir des ondulations sur votre nouvelle construction. Le terrain doit donc être complètement bien nivelé. Lors de ces travaux, il faudra penser à élaborer des méthodes de gestion de l’assainissement du terrain. Ce sont toutes ces préparations qui feront de votre ménagement un bel ouvrage.

Cas d’utilisation du liant dans les travaux d’aménagement nécessitant l’enrobé

Comme souligné précédemment, le liant est un composé indissociable de l’enrobé. Il est contenu dans le mélange fait de sable et de graviers formant l’enrobé. Pour être plus précis, le liant généralement utilisé est un liant hydrocarboné. Il a pour but principal d’agréger le bitume. Dans un autre angle, la constitution du liant rend l’utilisation de ce composé nécessaire lors d’ouvrages sur les routes publiques.

Selon la portée des travaux à réaliser, une forte dose de liant peut être nécessaire. Avec le liant étalé, les conducteurs de voitures, de motos ou de tout engin motorisé peuvent continuer à emprunter la voie en travaux. Sa texture permet d’ailleurs de boucher toutes crevasses des routes. L’étalement de ce constituant peut se faire manuellement. Ce « fillers » est d’une efficacité exceptionnelle. Bien employé, il devrait faciliter les travaux.

L’enrobé est un matériau de type béton bitumeux très employé dans le revêtement ou le terrassement de grandes surfaces. Il peut s’agir de routes, d’allées, de parking ou encore de l’entrée d’une maison. Pour ces travaux, deux types d’enrobés peuvent être utilisés : l’enrobé à chaud ou l’enrobé à froid. Le choix de l’un ou l’autre dépendra du rendu que vous désirez avoir et de l‘investissement que vous être prêt à effectuer. Les professionnels du métier sauront vous conseiller sur le choix à faire, selon la surface et selon la couche. Êtes-vous en quête d’une méthode tout aussi intéressante que l’enrobé ? L’enrobé goudron est sans doute un procédé qui vaut la peine d’être étudié.

Thermes mal orthographiés : anrobe, entobe